Navigation | Le blog de Merlin Bonheur

5 avril, 2007

Attendez-vous à savoir…

Par merlinbonheur le 5 avril, 2007 dans Non classé, Politique media
Pas encore de commentaires

25 mars, 2007

Formation continue

Certes, il y a des réformes à faire au collège. En matière de formation, par exemple.
 A l’école primaire, il y a des conseillers pédagogiques dont le métier est d’aider les jeunesenseignants à leurs débuts, et d’assurer la formation continue des moins jeunes, parce que le métier d’enseignant n’est pas inné ; il s’apprend, il se renouvelle tout au long de la carrière. On l’a bien compris à l’école primaire, où pendant leurs deux premières années d’exercice, les professeurs sont accompagnés par des formateurs.
 

Comment se fait-il qu’on n’ait pas de même au collège des conseillers pédagogiques qui assurent une véritable formation ? Se former devrait être un devoir.
Si l’on veut que le collège ne soit plus le maillon faible du système éducatif, il faut une formation continue digne de ce nom.Il faut valoriser la réflexion didactique et la mise en place de dispositifs pédagogiques efficaces.
Il faut donc des conseillers pédagogiques permanents, Il faut aussi qu’ils soient responsabilisés et convenablement rémunérés pour cette mission. A l’école primaire, les conseillers pédagogiques de terrain, qui assurent cette fonction essentielle, sont moins payés qu’un directeur d’école, moins payés aussi que les maîtres formateurs qui reçoivent les débutants dans leur classe. Est-ce cohérent ?

On a besoin, à tous les niveaux, de formateurs responsables, ayant en conséquence un traitement cohérent avec cette responsabilité.

Par merlinbonheur le 25 mars, 2007 dans Education collège, Non classé
Pas encore de commentaires

Le maillon faible du système

Certes, il y a des réformes à faire au collège, mais à condition de privilégier l’efficacité.
Comment être efficace lorsqu’on demande à des jeunes de faire des journées qu’aucun adulte n’accepterait de faire ? Comment, alors que l’on réclame les trente-cinq heures, demander à des collégiens d’en faire trente au collège et quinze le soir à la maison ?
 Comment, surtout, continuer à prétendre qu’on veut l’égalité des chances alors qu’on laisse à la famille le soin de compléter (et dans certains cas de faire) le travail qui aurait dû se faire en classe ? Alors que certains enfants n’ont pas un coin de table pour faire leurs devoirs chez eux ?
Il faut arrêter de se cacher derrière son petit doigt. ce n’est pas ainsi qu’on développe la curiosité, l’autonomie et la responsabilité.
Une réforme utile consisterait à instaurer dans les établissements un lieu réellement équipé pour que les élèves puissent y travailler. Cela suppose des enseignants responsabilisés, tenus à une obligation de résultats : les progrès des élèves doivent être manifestes.
Cela suppose en contrepartie que les professeurs qui assurent cette mission soient décemment rémunérés pour cela. Cela suppose évidemment des classes équipées informatique, en dictionnaires, manuels et encyclopédies, annales corrigées et banques d’outils autocorrectifs.

Par merlinbonheur le 25 mars, 2007 dans Non classé
Pas encore de commentaires

18 février, 2007

Très, très bas

Lorsqu’il s’agit de photographier les hommes politiques, on les montre en plan rapproché, souriants, de trois quarts.

Lorsqu’on photographie une femme politique, on montre… ses pieds. Cherchez l’erreur.

Et le photographe en question trouvera encore le culot de se justifier en disant que la candidate… est une femme.

On peut afficher autant de bonnes résolutions qu’on voudra sur l’égalité, on ne réussira pas à masquer la désolante immaturité d’une bonne partie de nos concitoyens sur le plan de l’éthique.

S’il y a quelque chose à faire dans le champ de l’éducation, c’est assurément dans ce domaine-là.

Entre les hommes publics qui basent leur campagne sur la croyance (tacite mais largement répandue) qu’une femme est forcément moins compétente, et des medias complaisants qui en rajoutent sans vergogne, il y a des choses à réformer, c’est vrai.

Mais pas là où l’on croit.

Par merlinbonheur le 18 février, 2007 dans Politique media
Pas encore de commentaires

Vous avez bien lu

Annoncez à grand roulements de tambour qu’il faut réformer l’enseignement de la lecture. Que vont penser les parents d’élèves ?

Qu’aujourd’hui leurs enfants n’apprennent pas à lire, qu’ils sont menacés d’illettrisme… Bref, les fantasmes iront bon train sur une méthode globale qui n’est pratiquée, en réalité, que par quelques rarissimes illuminés dans des campagnes isolées.

Or (cela devrait tomber sous le sens) dans une écrasante majorité des écoles, l’enseignement de la lecture est déjà assuré d’une manière bien plus efficace que ce que préconisent les jobards qui hurlent au loup.

Mais les électeurs vont néanmoins croire ce discours, relayé complaisamment par des journalistes à peu près ignorants de ce qui se fait à l’école. Et c’est l’essentiel de l’opération.

Voilà une réforme peu coûteuse, puisqu’elle est déjà réalisée avant même qu’on la promulgue. Voilà une réforme avantageuse parce qu’elle aura la faveur de tout le monde : les gens pragmatiques comme les nostalgiques de l’école d’autrefois.

Voilà une opération médiatique efficace : « Ah ! enfin, on se décide à faire quelque chose ! » diront les gens mal informés, et tous ceux qu’avaient déjà intoxiqués depuis des mois des discours médiatiques aussi alarmistes que peu scrupuleux.

Par merlinbonheur le 18 février, 2007 dans Education Ecole Lecture
Pas encore de commentaires

Bon calcul mental

Annoncez à grand renforts de trompettes qu’il faut enseigner le calcul mental à l’école. Que vont penser les parents d’élèves ? Qu’aujourd’hui on ne l’enseigne pas.

Vous ne l’avez pas dit, c’est vrai. Et vous avez bien fait parce que c’est une grossière contre vérité. Dans une énorme majorité des écoles, on n’a pas attendu pour enseigner le calcul mental qu’un homme politique en manque d’image réinvente l’eau tiède.

Mais les électeurs vont le croire. Et c’est l’essentiel.

Voilà une réforme peu coûteuse, puisqu’elle est déjà réalisée avant même qu’on la promulgue. Voilà une réforme avantageuse parce qu’elle aura la faveur de tout le monde : les gens pragmatiques comme les nostalgiques de l’école d’autrefois.

Voilà une opération médiatique efficace : « Ah ! enfin, on se décide à faire quelque chose ! » diront les gens mal informés, et tous ceux qu’avait déjà intoxiqués l’an dernier la campagne médiatique sur la lecture du nouveau Don Quichotte de l’éducation.

 

Voir aussi

Par merlinbonheur le 18 février, 2007 dans Education Ecole Calcul
Pas encore de commentaires

SYNAPCCA |
L'ECRIT D'HYMALET |
Original Pepos Style |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ... HUMAINSANIMAUX du m...
| AWANATU
| moi telle que je suis blogu...